ROMAIN

9782824211350 (Tome 2- Les Crèvecoeur)

Version papier : Fnac (France) | Librairies Cultura (France)|Amazon (France) |La Bourdonnaye | Renaud Bray (Canada) |Amazon (Canada)

Version numérique: La Bourdonnaye | Amazon (France) | Amazon (Canada)

Ce qu’ils en disent déjà:

” Ce roman mélange avec beaucoup d’adresse l’insolite, la sueur et la tragédie.” Sophie Songe

“Un Downton Abbey à la française” Les Passions de Sacha

“Un livre admirable, chargé d’émotions, parsemé de faits historiques dont nous voulons la suite sans plus attendre !” La Bibliothèque de Jake

” Une belle saga, passionnante à souhait, emplie de poésie, de malheur, et de tendresse, de secrets et de bonheur (tout le sel d’une bonne saga).” Kabaret Kulturel

L’Histoire:livre à secrets

Le deuxième volet des Crèvecoeur suit le parcours du mystérieux Germain à travers les lettres qu’il a envoyées à son fils Raphaël, fils dont il ignorait l’existence. Sans pudeur et sans mensonges, Germain lui raconte l’histoire de sa vie, ses plus terribles secrets et comment, de son univers étrange et de son enfance dramatique, est née sa vocation de créateur de chaussures. Derrière ses blessures et son héritage familial maudit, Germain cherche à réinventer son nom et à puiser dans son mal-être et sa différence, la recette du beau et un certain goût du bonheur. Mais sa destinée bientôt le rattrape et ce qu’il croyait fuir, revient le happer pour mieux le replonger dans ses incertitudes.

 

Les personnages:

Germain:

Le deuxième volet des Crèvecoeur plonge littéralement dans la vie intime de Germain. On le suit à travers son enfance étrange, les drames de son adolescence, la découverte de sa passion pour la création de chaussures et l’apprentissage de son métier de bottier avec les premiers succès de ses collections. Germain se livre sans retenue à son fils Raphaël et cherche à travers ses lettres, à créer le lien avec ce fils qu’il n’a pas connu. Il se présente comme un être sensible, écorché et souvent solitaire, à la quête d’une vie de création edithqui ne connaîtrait que beauté et lumière, loin du marasme et du manque d’amour de son enfance. Mais son héritage familial lui pèse, sa difficulté à s’abandonner le heurte et plus il tente de fuir la malédiction de son passé, plus celle-ci le rattrape. Comme avec la Tapisserie de Bayeux, sa destinée se mêlera à l’Histoire et il tentera de trouver en leur sein, la réponse du bonheur. Mais parviendra-t-il à échapper à la malédiction de son nom?

Édith:

On retrouve dans ce deuxième tome notre héroïne en mère de famille comblée. Sa vie entière gravite autour de Germain dont la destinée l’obsède et pour mieux asseoir son éducation, elle se délecte de romans à l’eau de rose où elle puise les règles de savoir-vivre de son fils. Alors qu’elle fait tout pour ignorer la folie de Romain, la vérité finit par la rattraper avec une violence inouïe et malgré la protection de son fils, elle ne sortira pas tout à fait indemne des frasques extravagantes de son mari. Édith est pourtant l’incarnation de la résilience et elle trouvera dans l’amour pour son fils, la force de continuer le chemin seule. Comment vivra-t-elle le triomphe de son fils ? Combien de temps pourra-t-elle exister sans lui, en cachant tous les secrets de son histoire?

 

Romain:Romain

Avec le temps et grâce à sa position dans la boutique, Romain a su maintenir tant bien que mal sa passion fétichiste loin des regards curieux. Mais l’existence de ce fils le dérange, surtout lorsque Germain grandit et décide de comprendre ce qui se cache derrière le cagibi. À force de persuasion et de patience, Romain finit par se livrer à lui et se métamorphose sous les yeux de son fils fasciné en un conteur d’histoires et de
souliers féminins. Mais la relation des deux hommes est fragile et lorsque Germain refuse une faveur au
collectionneur, la porte du cagibi se ferme pour toujours. La dérive de Romain n’est pourtant pas terminée, et lorsque celui-ci prend une vieille Chinoise pour son trophée de gloire, le drame éclate et le père de Germain commet l’irréparable, avant de disparaître dans la nature. Est-ce pourtant la fin de Romain ? Difficile à dire, d’autant que l’homme hantera à tout jamais les cauchemars de Germain.

 

Marcel Majewski et sa famille:

Il est le propriétaire de l’immeuble de la rue des Rosiers à Paris où vit Germain. Cet homme d’affaires juif se prend rapidement d’amitié pour le jeune homme et lui donne des échantillons de tissus et des conseils en placement, en échange d’impressions sur les tendances de la mode. C’est grâce à lui que Germain obtiendra une place à Bertram et que la nécessité de transformer ses rêves en réalité apparaîtra comme une évidence. Marcel, père de cinq enfants, vit aussi dans un monde où la haine des juifs grandit et où les
chaussures de princesse de sa fille Hanna, soigneusement fabriquées par Germain, se tacheront bientôt de bertram naziefaçon indélébile.

Félix et Joanne Bonhommie:

Félix est à la tête de l’usine Bertram dans laquelle Germain apprendra les rouages de son métier. L’usine est toute sa vie, sa plus grande fierté et il accueille Germain comme le fils spirituel qu’il n’a jamais eu et celui grâce auquel l’usine prendra un nouveau souffle. Il soutient Germain lorsque celui-ci lance les Joséphine, la collection exclusive de l’usine, et bien rapidement, celle-ci fera rayonner Bertram partout en France. Mais ce qu’offre Félix à Germain c’est aussi la découverte de la véritable amitié et un refuge qui ressemble à celui d’une famille. Grâce à Joanne, l’épouse de Félix, Germain se sent aimé et ils lui offrent une image de la normalité, un semblant de famille unie où il pourrait être un fils. Entre confidences et repas hebdomadaires, Germain, Félix et Joanne tissent une forte amitié qui se sera bientôt mise à l’épreuve, lorsque la 2e guerre mondiale éclatera.

Sophie et Ninon:

La première est une jeune prostituée, la deuxième est une attraction venue tout droit du Sénégal et toutes font partie de celles qui ont été aimées par Germain. Avec elles, notre héros découvre la magie de la sensualité, la nécessité du désir, mais aussi la difficulté d’aimer et de s’abandonner sans conséquence. Malgré ces déceptions, Germain parvient à transfigurer chaque souffrance en une paire de chaussures extraordinaires, rattachant ainsi à chaque soulier une parcelle de son histoire. Mais comment vivre tout à fait heureux lorsqu’on peut créer le bonheur et le désir, sans être capable de l’éprouver ?

 

Les lieux du roman:

Bayeux:bayeux

La ville reste la toile de fond de l’enfance et de l’adolescence de Germain. Bien vite, il se rend néanmoins compte que pour briller et satisfaire sa destinée de bottier, il lui faudra partir et se réinventer ailleurs. Son rapport à la ville est d’ailleurs intrinsèque à celui de sa mère et en abandonnant l’une, il faudra aussi qu’il vive sans l’autre.

On retrouve dans ce roman les lieux clés de la ville comme la rue St Malo, la fameuse maison labyrinthique des Crèvecoeur et bien entendu la Tapisserie de Bayeux dont l’histoire se mêle étrangement à celle de notre héros. La tapisserie demeure le lieu de la confidence, l’autel des mystères que l’on révèle, et aussi un abri où Germain apprend à devenir un plus grand homme sous l’oeil de héros de coton.

 

Paris:

À quelques heures de Bayeux, Germain retrouve un souffle de liberté entre les rues de Paris. C’est dans la ville qu’il apprendra son métier de bottier, élève doué et autodidacte, et c’est à Drancy plus exactement, rue des rosiersqu’il mettra en pratique son savoir-faire à l’usine Bertram. La ville est donc celle d’un nouveau départ pour Germain, mais aussi celle de la découverte de la sensualité. Pris dans le tourbillon du jeu de la séduction, le jeune homme y apprendra à décomposer le désir, pour mieux le transformer en chaussure, et à synthétiser le sex-appeal sous la courbe d’un talon.

Germain trouve un logement dans le Marais, une petite chambre sous les toits de la rue des Rosiers, au coeur même du quartier juif. Il puise dans la frénésie de la ville mille et une idées de souliers et s’inspire de toutes sortes d’événements, comme L’Exposition coloniale de 1931, pour créer de nouveaux modèles et mieux comprendre le fonctionnement du soulier. Mais à Paris bouillonne aussi la haine du peuple juif et tous les éléments qui conduiront à l’éclatement de la 2e guerre mondiale. Et Germain sera, à son grand désespoir, aux premières loges du drame.

La création artistique:

C’est aussi le grand thème de ce deuxième volet puisque Romain suit le parcours de Germain, la naissance de sa passion créatrice dans des circonstances inhabituelles, son apprentissage du métier de bottier et le début de son succès en tant que créateur de chaussures.

En dessinant des chaussures féminines, Germain ressent un bonheur immense, une liberté extraordinaire qui lui permettent de voyager dans sa sensibilité sans aucune retenue. Pour lui, c’est une façon de s’affranchir de son passé et de réinventer son héritage familial en le sublimant. Contrairement à son père et à ses aïeux, il ne répare pas du vieux, mais il crée du neuf, du parfait et c’est de cette beauté dont il n’a de cesse de s’abreuver. La création artistique est donc pour Germain une échappatoire, une catharsis de ses blessures, mais aussi un miroir dans lequel il se perd volontiers. Il lui faudra pourtant un jour exister en dehors de son métier, en tant qu’homme, et apprendre à aimer autre chose qu’une illusion du bonheur.croquis chaussures

Les Chaussures:

L’univers des souliers est omniprésent à travers toute la saga est plus particulièrement dans Romain puisque le lecteur suit le parcours de Germain, de la naissance de sa passion à son travail de créateur de chaussures. Le roman est traversé par de nombreuses allusions à des souliers qui étaient à la mode à l’époque, aux méthodes de fabrication des chaussures à la fois artisanale et industrielle, et au besoin sans cesse croissant de la population de faire de ces objets nécessaires un accessoire de mode indispensable qui serait le reflet de leur état d’âme. Chacun des personnages féminins du roman est associé à un soulier différent et explore les différentes facettes de cet objet dont l’évolution est parallèle à celui du statut de la femme au 20e siècle. Si les couleurs et les formes changent, le rapport des femmes aux chaussures est lui atemporel et ce, quel que soit leur milieu social. La chaussure demeure le véhicule du rêve, la possibilité d’un ailleurs vers lequel il est facile d’aller puisqu’il suffit d’enfiler une paire de chaussures pour devenir quelqu’un d’autre.

Les Crèvecoeur, une suite ?

Vous l’aurez compris, il y a bien une suite aux aventures des Crèvecoeur et de Germain. Elle s’intitulera Germain et se déroulera entre 1939 et le début des années 50. On retrouvera bien entendu Germain, Félix, Marcel et ce sera le retour d’un autre personnage pour le moins dangereux que vous avez déjà rencontré. Je ne vous en dis pas plus, mais surveillez bien le site pour plus d’informations sur le 3e volet qui sortira début mai 2016.

 

fbpinterest-logo-2Twitter_logoInstagram-logo

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: