Les Crèvecoeur, saga orpheline

Chers lecteurs,

Vous l’avez sans doute lu ou entendu, mais durant l’été Les Éditions La Bourdonnaye qui publiaient de nombreux auteurs et romans, dont les Crèvecoeur, ont du fermer leurs portes.

Comme beaucoup de petites maisons d’éditions aujourd’hui, La Bourdonnaye n’a pas survécu aux nombreux obstacles qui se posent à ceux qui veulent faire de l’édition autrement. Ce n’est pas tant du débat du numérique qu’il s’agit ici, puisque cette maison d’édition faisait et distribuait des livres papiers, comme toute maison dite traditionnelle. Il s’agit plutôt d’une philosophie de changement, tant dans le système de distribution que dans les choix des textes, dans la façon de se promouvoir ou de rémunérer les auteurs, que les Éditions la Bourdonnaye ont tenté de faire la différence. De beaux livres, des couvertures innovantes, des auteurs à la plume percutante, des livres numériques à moindre coût, autant d’atouts qui aujourd’hui, malheureusement, ne suffisent pas pour faire survivre une maison d’édition.

capture-decran-2016-09-19-a-10-48-10

On peut critiquer ces choix, les erreurs qui ont été faites ou les sommes investies ou non au bon endroit, peu importe. La fermeture de cette maison, comme celle de bien d’autres, est aussi symptomatique d’une industrie du livre qui a du mal à accepter le changement et qui fonctionne sous le monopole des grosses maisons et de leur réseau de distribution. L’édition a pourtant besoin de se réinventer et de suivre tous les nouvelles évolutions qui se sont déjà amorcées. Un accès au livre, sous toutes ses formes et à tous les prix, c’est tout de même la possibilité d’offrir à un plus grand nombre l’accès à la lecture ? Le dynamisme croissant de l’industrie du livre en Amérique du Nord n’en est qu’un exemple. Peut-être est-il temps de redéfinir ce système archaïque, où rappelons-le, l’auteur reste encore le seul, dans toute la chaîne du livre, à ne pas pouvoir vivre de son travail.

Tout autour de nous, il n’y a jamais eu autant de livres vendus et de lecteurs heureux de découvrir des genres et des auteurs différents. Une maison d’édition qui disparaît, c’est moins de livres, moins de diversité et donc forcément moins d’ouverture sur le monde qui nous entoure.

Les Crèvecoeur sont toujours là, même si les romans sont peut-être un peu plus difficiles à trouver. Plusieurs autres maisons d’édition sont intéressées à l’idée de reprendre la saga, alors je vous tiens au courant dès que j’en sais un peu plus ! Merci en tous cas à tous les lecteurs qui m’écrivent régulièrement pour partager leur enthousiasme.

En attendant continuez de lire, d’explorer et de partager: c’est le beau cadeau que vous puissiez faire à un auteur.

À très bientôt avec un nouveau roman (je vous en dis plus bientôt, promis)

Pleine Vie

“Il y a du Proust dans la psychologie de ses personnages; du Tournier dans la puissance quasi mythologique de leur confrontation au monde.”

Voilà des mots dont rêverait tout écrivain. Merci de tout coeur à Xavier Milan pour son article dans le magazine Pleine Vie.

J’en suis encore toute émue.

Pleine Vie

Rendez-vous à Nantes

On se voit ce weekend ?
Je vous retrouve vendredi, samedi et dimanche au Printemps du ‪Livre‬ de Montaigu, juste à côté de Nantes !

L’occasion de découvrir la saga des Crèvecoeur, de parler de secrets de famille et de littérature et de se promener au milieu des livres.
Et en plus, c’est gratuit…
http://www.pdl.terresdemontaigu.fr

Capture d’écran 2016-03-29 à 10.26.57

Quand les robes de Fendi rencontrent Hopper

Je suis toujours admirative du travail de ceux qui parviennent à mêler différentes formes d’art pour faire avancer leur propre création, tout en revendiquant leur source d’inspiration.

Ces quelques photos de Javier Vallhonrat pour Fendi en sont l’illustration parfaite. Comment mettre en valeur la mode, à travers  l’oeil de la photographie, tout en s’inspirant du travail du peintre Edward Hopper. Le résultat est superbe, non pas seulement parce qu’il mime avec perfection l’atmosphère des tableaux, mais parce qu’il va au-delà en donnant au vêtement, comme à la photographie, sa propre personnalité.

hopper

Il serait absurde de croire, aujourd’hui plus que jamais, que ce qui nous inspire est purement original.  Tout ce qui est créé est directement influencé par une ou plusieurs oeuvres qui existent déjà et si nous assistons à la naissance de courants artistiques nouveaux, ils sont en réalité une forme de réécriture de ce qui est déjà. Nous ne cessons de réinventer les mêmes choses, de nous émouvoir sur les mêmes sujets et de nous interroger sur des questions qui demeurent identiques au gré des siècles.

Edward-Hopper-2

Est-ce pourtant pour cela que nous faisons du sur-place ? Je ne pense pas. Cette réécriture artistique est une source inépuisable du surprises, elle n’empêche pas l’art d’évoluer, bien au contraire, parce qu’elle puise dans l’essentiel pour mieux se dépasser. En se revendiquant de Hopper, le photographe donne une profondeur à son travail tout en l’inscrivant dans une continuité. La réécriture artistique et l’association de toutes ces formes d’art nous force à nous recentrer sur ce qui est important et elle nous rappelle, dans sa quête perpétuelle de l’émotion et de la beauté, que l’art est un miroir humain : nous espérons toujours y trouver une meilleure image de nous-même et de cela, dans notre grande vanité, on ne s’en lasse jamais…

http://thepetitebrunette.com/2012/01/19/edward-hopper-fendi-y-flair/

C’est à Lire

En février dernier, Philippe Goudé recevait les Crèvecoeur pour son émission littéraire “C’est à Lire”, diffusée sur France 3 Normandie.

Une interview coup de coeur pour moi, faite par un passionné de littérature. C’est vraiment un beau cadeau pour la saga qui envahit peu à peu les bacs des libraires et part de plus en plus à la rencontre de ses lecteurs grâce à ce genre d’emission.

Un grand merci à Philippe Goudé pour sa gentillesse !

http://france3-regions.francetvinfo.fr/haute-normandie/c-est-lire-les-crevecoeur-edith-d-antonia-medeiros-959809.html 

Capture d’écran 2016-03-30 à 09.56.45

Printemps du livre

Bonne nouvelle pour ceux et celles qui voudraient en savoir plus sur la saga des Crèvecoeur ou même, qui sait, se faire dédicacer leurs exemplaires.

Je serai au Printemps du livre de Montaigu, le 28 et 29 avril prochain, pour dédicacer mes livres et rencontrer les lecteurs.

Une très belle fête du livre, tout près de Nantes, et dont l’entrée est gratuite !

On se retrouve bientôt ?

Capture d’écran 2016-03-29 à 10.26.57

Paris-Normandie

La semaine dernière, le quotidien Paris-Normandie a fait la part belle à la saga des Crèvecoeur. Après l’interview TV, voici l’article sur un des thèmes clés de l’histoire: les secrets de famille…

Paris Normandie article